ARCHIVES D'ARTICLES

Langue: FRANÇAIS

Quand une banque est vraiment au service du développement

Interview de Teresa Ganzon, entrepreneuse EdeC philippine, qui sera l’un des experts enseignants de la 2ème École d’Été de l’EdeC.

Par Ana Moreno Marín

tessganzon

Teresa Garzon est PDG de Bangko Kabayan, une banque rurale des Philippines qui finance des projets de petites entreprises.
Peux-tu nous expliquer comment cela fonctionne ?

L’économie rurale va de l’avant grâce à de toutes petites, petites, et moyennes entreprises. Nous sommes là comme partenaires pour leur développement, au service d’un nombre important d’entrepreneurs et d’agriculteurs que les grandes banques commerciales n’ont pas encore rejoints.

Beaucoup de vos clients n’ont pas de ressources propres quand ils viennent vous voir pour un prêt ou un projet entrepreneurial : comment faites-vous alors ?

La ressource essentielle que nous prenons en considération est le client lui-même : sa passion pour les affaires, sa connaissance et son aptitude à saisir les occasions favorables… autrement dit son esprit d’entreprise et sa capacité innée à persévérer même dans les difficultés. Sur cette base nous sommes en mesure de compenser son manque de ressources matérielles par le versement d’un capital, en y introduisant aussi l’épargne et maintenant les micro-assurances.

Quelles sont les principaux défis pour le lancement d’une entreprise de l’EdeC ?

Un entrepreneur de l’EdeC doit affronter tous les défis d’un entrepreneur normal, et en plus construire la communion ! Cet engagement de chaque jour avec tout ce qu’il implique revient à satisfaire les salariés, les dirigeants et la communauté, qui s’attendent à être non seulement « contents » mais « enchantés ». Cela suppose que l’on assume aussi le coût de la formation d’ « hommes nouveaux » et c’est un grand défi ! Faire marcher l’activité avec excellence et efficacité, mais sans perdre l’amour, l’attention et le partage comme valeurs fondamentales.

Quelle contribution apportent à l’EdeC des pays comme les Philippines où il y a tant de pauvreté ??

Les expériences de ceux et celles qui, grâce à une petite aide, ont pu surmonter leur situation désespérée, leur état de pauvreté et de dépendance sont très importantes pour le développement d’une nouvelle économie. Ils sont une grande source d’inspiration dans la mesure où ils montrent à quel point c’est la solidarité et la  relation de fraternité avec ceux qui sont dans le besoin qui leur permettent de vaincre leur pauvreté.
 
Pourquoi penses-tu que les jeunes ont un rôle important à jouer dans la construction d’une nouvelle économie ?

Les jeunes, c’est l’avenir. La société de demain sera faite par les jeunes d’aujourd’hui. S’ils n’apportent aucun changement, la misère du monde durera et explosera en quelque chose qui nous fera tous périr.

Tu dois être très occupée par ton travail. Comment feras-tu pour venir à la 2ème école d’été ?

Moi aussi quand j’étais jeune fille je rêvais d’un monde meilleur, d’une économie meilleure. J’ai découvert que dans l’EdeC cela devient réalité, et j’ai eu la chance de le vivre comme entrepreneuse et de faire de nouvelles découvertes. Je désire vivement partager tout cela avec d’autres, mais surtout avec les jeunes. Je leur souhaite de ne pas perdre espoir – comme moi-même je ne l’ai jamais perdu – et de pouvoir faire l’expérience, à travers cette école, que le monde peut être meilleur grâce à leur promotion active.

Image

ARCHIVES D'ARTICLES

Langue: FRANÇAIS

LIVRES, ESSAIS & Media

Langue: FRANÇAIS

Filtrer par Catégories

© 2008 - 2021 Economia di Comunione (EdC) - Movimento dei Focolari
<>creative commons Questo/a opera è pubblicato sotto una Licenza Creative Commons . Progetto grafico: Marco Riccardi - edc@marcoriccardi.it